Ouragans, inondations, sécheresse… Le monde à l’épreuve du réchauffement climatique


VIDÉOS – Des États-Unis à l’Inde en passant par l’Afrique, de nombreux pays ont été confrontés, ces derniers mois, à des phénomènes météorologiques puissants. Le Figaro fait le point sur ces catastrophes naturelles de plus en plus intenses.

Le monde a les yeux rivés sur le Texas, victime de l’ouragan Harvey. Pourtant, depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, les catastrophes naturelles se multiplient à travers le monde, et leur intensité semble croître au même rythme. En cause, le dérèglement climatique causé par l’activité humaine. S’il est impossible d’imputer un événement météorologique isolé au réchauffement en cours, Harvey, qui a battu des records de pluie, apparaît néanmoins comme une concrétisation de ce risque climatique. «Il y a certains facteurs liés au changement climatique dont nous pouvons dire, avec un haut niveau de certitude, qu’ils aggravent les inondations», a ainsi déclaré le climatologue américain Michael Mann, chercheur à l’université de Pennsylvanie, le 28 août dernier.

» Lire aussi – Réchauffement climatique: «Une catastrophe globale est garantie pour nos enfants»

Le Figaro fait le point sur les catastrophes naturelles qui ont eu lieu ces derniers mois à travers le monde. De l’Europe à l’Asie, et de l’Amérique à l’Afrique, aucun continent ne semble épargné par ces phénomènes.

● Harvey, l’ouragan de tous les records aux États-Unis

Les inondations aux abords de Houston. Crédits photo: AP Photo/David J. Phillip Crédits photo :

Douze ans après Katrina, la Louisiane s’attend de nouveau au pire avec l’ouragan Harvey – depuis rétrogradé en tempête tropicale. Car c’est peu dire que le passage du cyclone sur l’État voisin du Texas a marqué les esprits. Le président américain, Donald Trump, a indiqué lors de sa visite dans les régions sinistrées, mardi, que «personne n’avait jamais vu cela» auparavant. Jusqu’à 450.000 personnes pourraient avoir besoin d’aide d’urgence, selon l’agence fédérale des situations d’urgence (Fema).

» Lire aussi – Tempête Harvey: Donald Trump au Texas pour «s’occuper» des sinistrés

Depuis samedi, l’ouragan a directement ou indirectement causé la mort d’au moins dix personnes, mais les médias américains indiquaient que le bilan pourrait s’élever à 30 morts. Harvey a transformé les rues de Houston, quatrième métropole des États-Unis avec 2,3 millions d’habitants, en rivières et des quartiers entiers en lacs. Les secouristes tentaient toujours d’atteindre des centaines de personnes bloquées par les eaux, tandis qu’entre 15 et 30 centimètres de précipitations sont encore attendus à Houston.

Des dizaines de milliers de milliards de litres d’eau se sont déversés, et ce n’est pas fini. Le record absolu a été enregistré sur un site au sud-est de Houston: de vendredi midi à mardi 9h20, il y est tombé 125 cm de pluie, a annoncé mardi le National Weather Service. Les dégâts provoqués par la tempête pourraient atteindre les 42 milliards de dollars, selon des modélisations, faisant figurer Harvey sur la liste des cinq tempêtes les plus coûteuses jamais enregistrées aux États-Unis.

Selon le climatologue américain Michael Mann, l’augmentation tendancielle des températures de l’atmosphère et de l’océan contribue à accroître la fréquence des cyclones tropicaux de catégories 4 et 5. «Ensuite, l’élévation du niveau de la mer due au changement climatique a été de plus de 15 centimètres au cours des dernières décennies, a-t-il ajouté. Ce qui implique que l’onde de tempête a été plus haute qu’elle ne l’aurait été, d’où plus d’inondations et de destructions».

● Des inondations catastrophiques en Sierra Leone

Les secours s'organisent à Freetown.

Les secours s’organisent à Freetown. Crédits photo :

Le 14 août, des inondations catastrophiques ont fait quelque 500 morts et plus de 800 disparus. Il s’agit de la pire catastrophe qu’a connu la capitale du pays, Freetown. Selon les premières conclusions de l’Institut sierra-léonais des sciences géologiques, les pluies continues du dimanche 13 août ont saturé le sol des collines surplombant certains quartiers de la ville.

Celles-ci ont dans certains cas cédé sous le poids et se sont affaissées, causant les coulées de boues qui ont emporté 349 habitations se trouvant en contrebas, selon le gouvernement. Près de vingt corps ont même été retrouvés au large de la Guinée voisine et sur ses côtes.

● Canada: un million d’hectares détruits par les flammes

Une maison épargnée par le feu dans la région d'Alberta.

Une maison épargnée par le feu dans la région d’Alberta. Crédits photo :

Les feux de forêt qui ravagent l’Ouest canadien ont brûlé plus d’un million d’hectares depuis le mois d’avril dernier. Un record pour la Colombie-Britannique. Une grande partie de ces incendies demeurent hors de contrôle. C’est presque deux fois plus que l’incendie de Fort McMurray, en Alberta, qui avait eu lieu au printemps 2016, et dix fois plus que le total pour 2016 en Colombie-Britannique.

» Lire aussi – Groenland, Grèce, Portugal… Les incendies se multiplient dans le monde

Au Canada, des voix s’élèvent pour demander des recherches scientifiques plus poussées pour lutter contre le changement climatique. Pour l’heure, 50.000 personnes ont dû être évacuées depuis juillet. La plupart des 1123 départs de feux ont été causés par la foudre et ont été attisés par la saison sèche qui a commencé très tôt cette année dans cette région.

En France, ce sont 16.000 hectares de forêt qui ont brûlé cet été dans l’arc méditerranéen. Soit 6000 de plus qu’en 2016. Il faut remonter à 2003 pour trouver un nombre supérieur d’hectares partis en fumée. À l’époque, plus de 60.000 hectares avaient été détruits.

● En Suisse, un éboulement meurtrier causé par le gel du permafrost

Fin août, deux glissements de terrain successifs ont eu lieu en Suisse. Une partie du village alpin de Bondo a été détruit. Une dizaine de personnes auraient trouvé la mort. La catastrophe est survenue lorsqu’une masse rocheuse de quatre millions de m3 s’est détachée de la paroi du Piz Cengalo (3.369 m) et s’est déversée, telle une avalanche, dans une vallée en direction de Bondo, détruisant tout sur son passage.

Les experts ont également expliqué que l’éboulement avait été causé par le dégel du permafrost (les terrains gelés depuis des millénaires), sous l’effet du réchauffement climatique. Ce dégel rend le sol plus meuble et provoque aussi une augmentation de la pression de l’eau dans la roche, deux phénomènes qui favorisent les glissements de terrain. Les «vibrations» produites par l’éboulement qui s’est produit mercredi équivalaient à un séisme de magnitude 3. Cet événement était attendu depuis plusieurs années car des chutes de pierre avaient été enregistrées dans la zone en 2011, 2012, 2016 et le 21 août 2017, selon le service sismologique suisse.

● La Corne de l’Afrique frappée par la sécheresse

Un enfant sud-soudanais près de la ville d'Aweil, le 10 mars.

Un enfant sud-soudanais près de la ville d’Aweil, le 10 mars.

Depuis plusieurs mois, la famine frappe la Corne de l’Afrique, le Nigeria et le Yémen. En cause, une sécheresse record consécutive au passage du phénomène El Niño, en 2016. Le bétail ne survit pas à ces conditions météorologiques, et les éleveurs sont pénalisés. Des guerres civiles en résultent, notamment au Soudan du sud, pays déjà déstabilisé par des conflits ethniques. Les animaux d’élevage peuvent en effet faire toute la différence, dans ces pays, entre mourir et survivre.

» Lire aussi – Famine en Afrique: l’ONU craint un nombre de morts «massif»

Les Philippines sont également en état de «catastrophe humaintaire», avec des centaines de milliers de déplacés, due aux typhons, à la sécheresse et diverses rébellions armées, notamment le soulèvement islamiste de Marawi.

● L’Asie du Sud-Est plongée sous les eaux

La ville de Bombay sous les eaux.

La ville de Bombay sous les eaux. Crédits photo :

Depuis plusieurs jours, des pluies torrentielles se sont abattues sur Bombay, la capitale économique de l’Inde. Des rues ont été inondées et cinq personnes ont été tuées. La situation s’améliorait ce mercredi et tendait vers un retour à la normale. Les écoles et de nombreux bureaux restaient cependant fermés.

Il s’agit du dernier épisode en date d’une série d’inondations record qui ont fait plus de 1000 morts en Asie du Sud-Est cet été. Selon les Nations unies, près de 41 millions de personnes, en Inde, au Bangladesh et au Népal, ont été affectées par les inondations.

(Visited 3 times, 1 visits today)





Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *